Loading...

Sambo

HISTORIQUE DE LA VAILLANTE OLYMPIQUE MONTALBANAISE


EDITORIAL
De la fondation en 1923 à juillet 1942 vingt ans sont racontés uniquement grâce à des souvenirs de témoins d’alors, Henri Grasset, Fernand Mascarade, Marceau Orliac.
De 1942 à 1989, les souvenirs sont retracés par Paul Devèze, grâce aux importantes archives et aux procès verbaux de réunion, qui sont classées dans le dossier du club depuis 1964 et de 1989 à ce jour la période est retracée par Jean-Claude Cerutti.
L’étape de la fondation du club, débute de 1921 à 1922 le directeur d’école de
Villebourbon M. Camouet crée une fanfare baptisée les jeunes Coqs.

En 1923 la vaillante Laïque de Villebourbon voit le jour avec comme président
Malbreil père. Elle est déclarée à la préfecture de Montauban, J.O n° 205 du
25 avril 1925, et est agréée sous le n° 11724 le 27 juillet 1925.
Sous patronage laïque avec des affinités paramilitaire comme toutes les
associations de l’époque (le tir étant obligatoire dans les épreuves de
gymnastique). Les entraînements des gymnastes et de la clique ont lieu au
manège de la caserne Andréosi, rue Aristide Briand.

En 1930 après les grandes inondations, le propriétaire cède le terrain du
gymnase à la mairie de Montauban sous réserve qu’il ne serve qu’à la société
Vaillante Laïque et permette à cette dernière de construire un gymnase, qui
une fois construit, resterait propriété de la vaillante. Un contrat est signé avec
la ville de Montauban sous bail emphytéotique, renouvelable tous les
quarante ans. Sur ce terrain conformément aux accords, la vaillante laïque
construit un gymnase ou plutôt un hangar de 25m X 15m.

Parallèlement à la gym, la Vaillante Laïque possède une clique de renom. Le
club adhère à la FSGT et les gymnastes participent aux jeux de Barcelone en
1936 (olympiade du 19 au 26 juillet). Pendant ces jeux la nuit du 19 juillet les
athlètes sont réveillés par les coups de fusil mitrailleurs des forces faschistes
qui étaient en cours de renverser la république espagnole. Les hommes de
Franco entre dans Barcelone. 

La riposte est organisée par le front populaire espagnol pour défendre leur
république, ils préservent en même temps les sportifs et organisent
rapidement le rapatriement des organisations étrangères. Les gymnastes de la
Vaillante sous la conduite de Fernand Mascarade et de M. Lages président
sont évacués sur le bateau le Djini. Par la suite en 1938, le petit gymnase de
palisse, a lui, servi de lieu d’hébergement aux réfugiés républicains espagnols.
En 1940 c’est la grande guerre, le gouvernement de Vichy n’apprécie pas la
dénomination de notre association « Vaillante Laïque » et oblige la vaillante
laïque de changer de nom. Se trouve confronté au même problème le club
omnisport Jean Jaurès de la rive droite. Les deux associations décident de
fusionner avec toutes leurs sections, et donne au nouveau club, le nom de la
Vaillante Olympique Montalbanaise.
Suite à cette fusion, s’ajoutent aux sections gymnastiques, la lutte,
l’athlétisme, les jeux de boules, le basket, le cyclotourisme, et bien d’autres
disciplines.

De 1940 à 1942, ce sera une période relativement calme, pour la gym et la
clique, les basketteurs eux feront un nom dans l’histoire de leur sport. Le
football participe à des matchs, la vaillante forme des joueurs de classe, dont
plusieurs sont passés professionnels, la lutte participe à de grandes
rencontres.

Le 11 novembre 1942 sonne le glas de cette période, l’armée allemande
occupe la zone sud, notre gymnase est réquisitionné et transformé en
forteresse, le club est mis en sommeil. La lutte contre l’occupant s’organise
parmi la jeunesse, 12 adhérents de la vaillante sont morts au combat pour la
France. Une plaque commémorative fixée dans l’enceinte du club, perpétue
pour les jeunes générations le souvenir de ces ainés qui ont tout donné pour
une France libre.

De 1923 à 1942 six présidents se succéderont à la tête de l’association, dont
Malbreil, président fondateur de la vaillante laïque, et Artis étant le premier
président de la vaillante olympique suite à la fusion en 1940 avec le club JeanJaurès.

Ce premier bureau comptait entre autres, Seguelas-Talou qui était secrétaire
général qui fut par la suite à la libération, maire de Montauban.
1944 à 1951, dès la libération, la VOM renait de ses cendres et sort de son
immobilisme forcé de deux ans. Le football continue son chemin, la boule
lyonnaise débute avec son siège au Lux bar, rue Aristide Briand, la lutte est
sous la responsabilité de Sinizergue, la gymnastique rencontre un problème, le
gymnase est inutilisable, héritage des troupes d’occupation allemandes qui
ont occupé les lieux de novembre 1942 à aout 1944, Adrien Jamans remet ce
gymnase en état.

Fin 1944 la section gymnastique démarre fort sous l’impulsion de Mme
Dianka, monitrice de l’école de danse. Une section masculine est créée avec
des jeunes de Villebourbon. André Peyrou et Adrien Jamans forment
rapidement une section de gym de démonstration, qui participe à plusieurs
grandes fêtes dont notamment celle de l’ascension au Cours Foucault en
faveur du retour des prisonniers.

En 1946, le club réussi à se doter de matériel moderne tel que des barres
olympiques, parallèles, fixes et des anneaux. Il devient le seul club de la région
à avoir du matériel adapté en gymnastique, à l’époque à Montauban 4 clubs
pratiquaient la gymnastique: l’Espérance de Villebourbon, l’Etoile
Villenouvelle, l’Avenir Montalbanais et la Vaillante Olympique
Montalbanaise). Le club adhère aux Fédérations Françaises de Gymnastique,
de Football, de Lutte et à la Fédération Sportive et Gymnique du Travail.

En 1948 Paul Devèze devient secrétaire du comité directeur, Marceau Orliac
revient comme moniteur des pupilles. En lutte c’était l’époque des
Sinizergues, Faget, Lamboulas et Cancel. La clique revoit le jour sous la
direction de Brousse, Guy Bordes était tambour.

En 1950 c’est le début des compétitions officielles, le club obtient l’agrément
de la jeunesse et sport sous le n° 91.27 du 5 juin 1950. Le club participe au
championnat de France de Gym, à Cannes, l’équipe féminine de la VOM se
classe 4ème sur 198 équipes et est première du sud ouest. Un travail de sape
des autres équipes de la région à l’encontre de notre entraineur, le force à
démissionner, le club décide de ne plus participer et de ne plus adhérer à la
FFG, ceci durera 15 ans. Le lundi de pentecôte sous les allées du Consul Dupuy
à Montauban, la VOM organise un grand festival avec la Fanfare de la garde
républicaine et les gymnastes des sapeurs pompiers de Paris, ce fut un grand
succès populaire.

En 1951 c’est la dissolution de la section football qui s’associe à l’étoile
Villenouvelle, pour former en 1952 l’actuel Montauban football club. La VOM
tente ensuite de relancer cette section vers 1955 avec Jean Raynal et Pierre
Pradel, mais faute de moyens et de terrain, le club doit abandonner la
compétition en 1960.

1953, sera marquée par la constitution d’une équipe de tennis de table,
section qui ne dura qu’une saison. L’activité lutte, revoit le jour sous la
houlette d’Armand Seipold, cette section prend rapidement de l’importance et
cumule d’excellents résultats. C’est aussi la naissance ou plutôt la reprise de
l’activité basket sous la direction de Paul Devèze et des frères Capelle.

En 1958 retour d’André Peyrou qui reprend la présidence du club, ce qui crée
un renouveau de la section gymnastique grâce au retour de quelques
moniteurs tels que Jamans et Orliac. La lutte aussi connait une période faste
toujours avec Armand Seipold et Jean Andréo comme entraineur.

En 1960 une section pétanque voit le jour, elle a son siège au café des
cheminots rue Aristide Briand cela durera trois ans.
En 1961 c’est la dissolution de la section basket victime du vieillissement des
cadres et du départ d’une grande partie de ses joueurs vers l’ASPTT. C’est aussi
le début du travail aux barres asymétriques des jeunes filles, faute de moyens
financiers ces barres furent réalisées par Mascarade et Salsi.

En 1963, le toit du gymnase menace de s’écrouler, pendant la période de
remaniement de la toiture, les lutteurs et gymnastes s’entrainent dans les
sous-sols de la gare routière actuelle.
En 1964, la VOM fait l’acquisition d’un des premiers tapis de lutte avec bâche
de 6 m X 6 m. Avant cette période, les lutteurs combattaient sur des tapis de
matelas en crin ou sur des copeaux de bois recouvert d’une bâche.

En 1965, Jean Brand est élu président, vice-président Raynal, secrétaire
général Devèze, trésorier Eliard. Sont entrepris l’achat de matériel et de
modernisation du gymnase. C’est la première organisation de sortie à la mer
en fin de saison de tous les adhérents et c’est le début des premiers comptes
rendus écrits et des procès verbaux de réunion du comité directeur. C’est un
tournant du club qui tient à partir de là ses archives à jour et qui organise les
assemblés générales statutaires annuelles avec élection du bureau.

Mars 1967, l’évènement de l’année pour le club, c’est l’organisation au
gymnase de Palisse des demies finales du championnat de France inter
comités de lutte avec les comités, de Provence, de la Côte Basque, d’Auvergne
avec Zoette, le Dauphiné Savoie avec Daniel Robin (champion olympique de
lutte).

Mars 1968 débute la construction de deux vestiaires, d’un bureau, d’une salle
de pesée et de deux douches, ces travaux seront terminés en 1969. La saison
1968 se termine très tôt puisque au mois de mai, toutes les activités ont
cessées, par suite des évènements politiques et des grèves générales qui ont
secoué notre pays pendant tout le mois de mai et une partie de juin.

Le 11 juin 1969 une rencontre internationale de gymnastique moderne est
organisée par le club, sous la halle Prax Paris avec la participation de l’équipe
Bulgare vice-championne du monde qui était en tournée et de retour de Cuba.
Le parquetage du gymnase est réalisé, Guy Bordes est à la tête de la
commission des fêtes, et Trottin se marie en novembre 1969.

En 1970, l’isolation du plafond de l’ancienne salle est réalisée en début
d’année. C’est l’ouverture d’une école de lutte à Montbeton sous la direction
de Pierre Fasan petite salle à l’arrière du bar du village.

En 1971 c’est l’année de la création du comité départemental de lutte avec
comme président André Gaubert. Le sambo commence ses premiers pas avec
les pionniers Pierre Fasan et Jean-Claude Cerutti.

1972, marque l’aménagement du terrain de Palisse par goudronnage.
Bernadette Duso est championne fédérale de gymnastique aux barres
asymétriques.

1973, Fernand Mascarade prend la présidence du club. Le comité directeur
continu son effort sur les travaux. C’est le décès d’Armand Seipol et de Jean
Brand président de la VOM et c’est la création du challenge Armand Seipol en
lutte.

1974, le sambo implanté depuis 1971 à la VOM connait ses premiers résultats,
avec Belijar médaille d’or, Mutsaerts médaille d’argent et Cerutti médaille de
bronze. Ces trois éléments seront par la suite des éléments marquants pour la
vie du club. La première kermesse voit le jour, c’est aussi la première grande
sortie en fin d’année sur deux jours à Labenne océan.

1976, début des travaux d’agrandissement de la salle et achat d’un tapis
sarneige de 12x12.

1977 : Fin de l’agrandissement de la salle et achat d’un tapis de 8 x 8 pour la
lutte. Le Maire, Delmas et le directeur des sports Paulhe inaugurent la salle.

En 1978 le projet de construction de vestiaires, du chauffage et d’un bureau,
démarre début octobre.

En 1979 Marceau Orliac prend la présidence du club. Pierre Fasan a participé
au championnat du monde de sambo à Madrid ou il est nommé arbitre
international.

En 1980 Le club organise le premier championnat de France de sambo à
Montbeton avec le comité départemental de lutte présidé par Françis
Mutsaerts et le trésorier Jean-Claude Cerutti. Mariage de Jean Andréo et
d’Aline Lopez. Les travaux de réalisation de chauffage, vestiaires, bureau,
prennent fin.

En 1982, Pierre Fasan et Jean-Claude Cerutti participent en qualité d’arbitres
au championnat du monde de sambo à Paris, salle Coubertin.

En 1983 c’est le décès de Georges Eliard trésorier, Jean Raynal est élu
trésorier.

En 1984 Le club et le comité départemental de lutte organisent le
championnat de France de Lutte cadet au marché gare, championnat marqué
par une alerte à la bombe, ce qui perturbe pendant une demie journée le
déroulement de la compétition.

En 1985 c’est la Séparation du sambo et de la lutte à la FFL, la fédération
française de sambo est créée au congrès de St Jean-de-Luz, Pierre Fasan et
Jean-Claude Cerutti sont élu au comité directeur.

En 1986 le comité Midi-Pyrénées de sambo est créé, le congrès à lieu à
Montauban le 7 février, Jean-Claude Cerutti prend la présidence, le comité
départemental de sambo est créé, Pierre Fasan est élu président. Paul Devèze
et Francis Mutsaerts sont élus au CDOS, et un petit hangar est construit sur le
parking du club.

1987, première convention entre le sambo et l’école Ste Marie tous les
samedis matin une centaine d’enfants viennent pratiquer le sambo au club. La
Vom organise avec le comité régional et le comité départemental de sambo le
championnat de France de sambo à Montbeton.
1988, L’agrandissement du gymnase et sa modernisation sont évoqués, ce
projet est rejeté par la ville, car le gymnase appartient à la VOM et il est
construit sur un terrain appartenant à la ville sous bail emphytéotique.

En 1989, création de la section sambo défense, décès de Josiane Valette et
départ du club de Francis Mutsaerts qui crée son club de lutte à Nègrepelisse.
Suite au projet d’agrandissement du gymnase refusé, plusieurs projets voient
le jour, la ville propose d’acheter des bâtiments alentours du gymnase, ou de
réagencer le gymnase de façon à pouvoir ouvrir d’autres sections. Les
conditions du club ne rejoignant pas celles de la ville ces projets sont mis en
sommeil.

1990 le club organise le championnat de France de Sambo à Montauban avec
le concours du comité régional et départemental de sambo. C’est la dernière
année de fonctionnement de la section lutte au sein de la VOM.
1996, c’est le décés de Fernand Mascarade et de Marceau Orliac, anciens
présidents.

1997 voit la conclusion administrative de l’agrandissement du gymnase de
Palisse, entre la ville de Montauban et le club, projet financé sur un million
500 mille francs (50% conseil général, 50 % ville de Montauban). La Vom cède
le gymnase pour le franc symbolique à la ville avec des conditions précises,
rédition du bail emphytéotique et convention ville VOM qui garanti que la
VOM soit le seul club à utiliser le gymnase et qu’il soit prioritaire sur toutes les
planifications d’entrainement et d’organisations. Décision validé par
l’assemblée générale du club le 6 juin 1997, les actes sont signés par le député 

maire de Montauban M. Garrigue et par Paul Devèze président de la VOM le
29 août 1997 à l’étude de Maître Cambriel. Coup de théâtre, Le préfet refuse le
permis de construire du fait que le gymnase se trouve en zone inondable,
prenant en référence les inondations de 1930, alors que les crues référencées
étaient celles de 1983 et 1996. Cette décision arbitrée par le tribunal
administratif, donne raison à la Mairie de Montauban et à la VOM, fin octobre
1997. Les travaux d’agrandissement et de rénovation commencent fin janvier
1998.

En 1998 , c’est la fin des travaux du dernier agrandissement et de
modernisation du gymnase avec la réalisation d’une fosse, l’achat d’un
praticable de gymnastique, d’un tapis sambo de 12X12, de matériel de
musculation pour le sambo et des équipements pour la fosse. L’inauguration à
lieu le 17 octobre 1998, avec le député maire Roland Garrigue et les
personnalités de la ville.

1999 - 2000 : première co-présidence de l’histoire du club, Jean-Claude Cerutti
et Nicole Leblanc se partagent le fauteuil de Président, dès le début de leur
mandat, il est décidé de rénover et d’agencer un nouveau bureau pour le
comité directeur, le club achète les matériaux et la bureautique, tandis que la
ville met à disposition son personnel pour effectuer les travaux sur le
bâtiment. La mise à disposition d’animateur de la ville s’arrête, nous avions
jusque là Nathalie Grob, elle quittera le club juste après.


En 2001, la section gymnastique rencontre de graves difficultés de
fonctionnement suite à un manque crucial d’éducateur bénévole, le bureau
décide de passer à l’embauche d’un emploi jeune, dispositif mis en place par le
gouvernement de l’époque, le 6 novembre 2001 Agnès Pavan est embauchée
en CDI. La fédération française de Sambo perd son agrément ministériel, le
sambo se reconstitue en association loi 1901 pour gérer sur le plan national la
discipline, 3 tendances se disputent le patronnage du sambo français, ce qui
complique le développement de cette discipline.

Côté Gymnastique, Agnès Pavan nous quittera fin de saison 2003. Se repose
alors la même complexité pour la section Gymnastique, tout le comité
directeur est mis à contribution pour trouver un éducateur en remplacement,
après plusieurs mois de recherche, Stéphane Ziane est embauché en
novembre 2003, il doit aussitôt se former à la Gym. 

En 2003 agrandissement du tapis de sambo, condition indispensable pour
l’accroissement de cette activité. Marie-Pierre Valette est élue au poste de
secrétaire général en remplacement de Jacques Laval

Fin 2005 c’est la construction d’une nouvelle salle de 550 m², décidée par la
municipalité de Montbeton cette salle sera affectée à l’école décentralisée de
sambo de la VOM, section qui a commencé en 1970 derrière le café Burdèse,
puis expatriée au gymnase du centre Bellissen et enfin au foyer rural. Le club
achète un tapis de 300m², le premier entrainement dans cette nouvelle salle
de sambo à eu lieu le 4 octobre 2006.

En 2007 le Sambo National rejoint la F.F.Lutte à la demande du ministère des
sports, le sambo se créé en Comité National et sa dénomination est désormais
le Comité Français de Sambo en discipline associée avec la FFLutte, JeanClaude CERUTTI est élu président de ce comité, il siège au bureau de la FFlutte, en même temps le sambo recouvre la reconnaissance de la FIAS et de
la fédération Européenne dans laquelle Jean-Claude CERUTTI est élu au comité
exécutif.

En 2008 Yvette Jalabert remplace Jean Raynal au poste de trésorier, Janine
Cerutti est nommée trésorière adjointe tandis que Jean Raynal est nommé
Vice Président, en 2009 nous déplorons le décès de Guy Bordes.

En 2010 suite à l’AG de février, la coprésidence s’arrête, la présidence est
désormais assurée par Jean-Claude CERUTTI, Nicole LEBLANC est nommée vice
présidente. Le club organise le premier vide grenier de son histoire à
Montbeton, une très belle réussite sur tous les plans.

En 2012 c’est le décès de Jean Raynal vice président, Gyslaine DUVERT est
embauchée en CDD temps partiel pour la gym et en partie pour le baby sambo
et le sambo training, elle met fin à ce contrat en 2013.

En 2013 Gilles Lejeune est embauché en auto entrepreneur, en temps partiel
pour la gym.

En 2014 saison chargée pour le club, qui organise le championnat de France de
sambo à Montauban au mois de février, et en mars les parcours Gym, deux
grosses organisations bien réussies, qui ont demandé beaucoup de travail et
d’implication de nos bénévoles.

En bref sur la période 2010 à ce jour, le club se modernise, s’équipe en
sonorisation, informatique, vidéo, appareils de musculation, matériel de
préparation physique, renouvelle les agrès de la gym, et assure le
développement de la Gym et du sambo. De nouvelles sections sont créées, le
baby gym, la gym adultes est développée, le baby sambo, le sambo training
pour arriver à ce jour à 9 sections, un fonctionnement à temps plein 6 jours sur
7, tant à Montauban qu’à Montbeton.

Des conventions sont signées avec la
communauté des communes, le relais petite enfance et 3 écoles privées. Les
résultats du club tant en gym qu’en sambo ont toujours marqué les années de
la Vaillante, la gym ayant baissé lors des années 95 à 2013, suite aux difficultés
rencontrées, à ce jour le niveau est remonté en zone.

Le sambo est bien représenté au niveau national et international, avec des athlètes de niveau
international et un arbitre international en activité, l’accent est mis aussi sur
les formations et les diplômes d’état ont marqué un avancement dans le
sambo, 4 DEJEPS, et 2 BESS, et plusieurs diplômes fédéraux, la Gym n’est pas
en reste avec 2 CQP et des diplômes fédéraux.

Depuis 2012, notre club est
labellisé au plus haut niveau national sambo par la FFL et le Comité Français de
Sambo, il est aussi centre national de formation et d’examen de la FFL, des
enseignants nationaux lutte, sambo et grappling. Et en 2015 et jusqu’en 2017,
il est classé club élite régional, par la Direction Technique Nationale et la FFL,
classement validé par le ministère des sports.

Voilà mon histoire, oui je suis une vieille dame peut-être, mais aujourd’hui je
suis un jeune club dynamique, convivial et attachant…..

En ce soir du 6 juin 2015, nous sommes rassemblés pour fêter mes 90 ans,
mais c’est comme le mariage, il est souvent célébré après s’être connu
pendant quelques années et bien pour moi c’est la même chose, j’ai vu le jour
en 1921, j’ai été mis vraiment au service des autres en 1923 et j’ai été
reconnue en 1925, alors oui ce sont bien mes 90 ans de reconnaissance cette
année !
Merci à toutes et à tous de me faire une si belle fête ce soir…. Vive moi et vive
toute mon équipe ! Bonne fin de soirée sous les scintillements des feux
d’artifice et de joie!

Liste des PRESIDENTS SUCCESSIFS du club depuis sa fondation
Départ de la création en 1921-1923 le Président est M.
CAMOUET
En 1923 fondation de la vaillante laïque de Villebourbon
président fondateur MALBREIL Père
Les présidents qui ont suivis suite au premier agrément
de juillet 1925, jusqu’en 1939
MAUJEAN, BONNAVENTURE, GIRBEAU et LAGES.
En 1939-1940 la vaillante laïque devient la vaillante
olympique montalbanaise avec la fusion du club de Jean
Jaurès

1939-1943 : Martial ARTIS durée du mandat 4 ans

1944-1953 : Jean MALBREIL durée du mandat 9 ans

1953-1957 : Joseph DARNAUD durée du mandat 4 ans

1957-1965 : André PEYROU durée du mandat 8 ans

1965-1973 : Jean BRAND durée du mandat 8 ans

1973-1980 :Fernand MASCARADE durée du mandat 7 ans

1980-1984 : Marceau ORLIAC durée du mandat 4 ans

1984 – 1999 : Paul DEVEZE durée du mandat 15 ans

2000–2010 : Coprésidence : Jean-Claude CERUTTI, Nicole
LEBLANC, durée du mandat de Nicole LEBLANC 10 ans

2010 à ce jour : Jean-Claude CERUTTI durée du mandat à
ce jour 15 ans

Nos Partenaires